Trailer ☆ Quand le capitalisme perd la tête PDF by ì Joseph E Stiglitz adbam.co.uk

Trailer ☆ Quand le capitalisme perd la tête PDF by ì Joseph E Stiglitz Poursuivant Le Proc S Du Lib Ralisme Sans Limites Amorc Dans La Grande D Sillusion, Joseph Stiglitz S Appuie Cette Fois Sur Son Exp Rience De Quatre Ans En Tant Que Conseiller Conomique Principal Du Pr Sident Clinton Pour R Pondre Une Question Centrale Comment, Au Tournant Du Troisi Me Mill Naire, Est On Pass Du Pr Tendu Triomphe Du Capitalisme L Am Ricaine Bien Entendu Sur Valu Et Fond Sur Des Bases Tr S Incertaines, Notamment L Effervescence Boursi Re Et Tout Ce Qui S Ensuit Stock Options, Tyrannie Des Actionnaires Une Chute Retentissante Avec Une Clart De Propos Remarquable Et Une Attention Constante Aux M Canismes Conomiques Les Plus Concrets, L Auteur Aborde Le Ph Nom Ne De La Bulle Sp Culative, La Vague Des D R Glementations Aux Etats Unis En Particulier Dans Le Domaine Des T L Communications Et Leurs Cons Quences, Ou Encore Les Scandales Comptables, Commencer Par Le Premier Et Le Plus Retentissant Le Cas Enron Fort De Ses Observations, Stiglitz Esquisse Les Grandes Lignes D Un Id Alisme D Mocratique , Vision D Avenir Fond E Sur Un Juste Quilibre Entre Le March Et L Etat, Et Sur Des Valeurs Telles Que La Justice Sociale Galit Des Chances, Priorit L Emploi Ou Encore Le Droit Du Citoyen L Information Il s agit d un livre crit par un prix Nobel de l conomie, prix Nobel qui de plus a eu un r le important aux Etats Unis puis la banque mondiale.
Stiglitz s attaque trop souvent au FMI, un peu, a va, mais l c est la limite du supportable Le FMI n est pas exempt de reproches, mais quand pour la quatri me fois on nous le dit on commence comprendre De son c t la banque mondiale chappe quasiment toute critique, un manque de neutralit de la part de l auteur Ce livre est int ressant lire de par son approche par les v nements plus que par la th orie Ainsi cela permet de d velopper une certaine culture dans le domaine conomique qui nous appelle approfondir par la suite celle ci avec des livres un peu plus ax s sur l aspect th orique.
C est un livre que je relirais avec plaisir mais cette fois ci en connaissance de cause je lirais en diagonale tous les passages harponnant le FMI.
Un autre livre du m me acabit est la grande d sillusion Si vous avez aim l un des deux vous aurez alors de grande chances d appr cier l autre.



Merci pour une explication optimale de nos probl mes Prise de position tr s rare mais juste De plus admet certaines erreurs du pass L analyse de Joseph Stiglitz de la politique inter nationale et socio conomique des deux gouvernements Bush II aux Etats Unis est proprement d vastatrice.
Etats Unis l chelle nationale, les Etats Unis brillent sombrement par d normes in galit s entre les richesses personnelles, une masse de gens en prison, une ins curit g n ralis e, un taux lev de mortalit infantile, une d t rioration grandissante de l environnement et des soins de sant inf rieurs ceux de pays beaucoup plus pauvres.
Le n olib ralisme et leur march libreJ Stiglitz ne voit dans l id ologie fondamentaliste du march libre qu une fa ade pour un agenda purement politique qui ne favorise que les nantis avec son capitalisme incestueux de copinage Enron, Worldcom et sa r duction des services gouvernementaux et des taxes Avec leur go sme et leur cupidit , les nantis propri taires des soci t s priv es sont parvenus faire voter au Congr s des d r glementations financi res catastrophiques, des lois fiscaux biais s et des prescriptions comptables inad quats Par contre, les investissements dans des services publics vitaux, comme l ducation, l infrastructure ou la recherche scientifique, ont t r duits la portion congrue Des r ductions plantureuses d imp t ont t hypocritement vendues comme tant une excellente affaire pour tout le monde, mais se sont traduites en plus de pauvret pour les pauvres et encore plus d opulence pour les nantis.
Niveau internationalAu niveau international, les tats Unis ont la bouche pleine de la primaut du droit, mais son gouvernement a rejet cette primaut maintes fois la r forme des Nations Unies, la Cour p nale internationale, les accords de Kyoto ou le trait sur les armes strat giques Ses conseillers conomiques ont administr des prescriptions tout fait erron es au reste du monde par l interm diaire de son bras long, le FMI Sa rh torique sur le libre change cache le fait que les tats Unis vivent depuis des ann es au dessus de leurs moyens, alors que son gouvernement sermonne les autres pays de surtout ne pas faire la m me chose En fait, les pays pauvres subventionnent les riches la valeur totale des avantages que les Etats Unis re oivent du syst me actuel d passe consid rablement le total de l aide trang re que les tats Unis fournissent.
Pr ceptesLes pr ceptes de J Stiglitz, appel s sous le d nominateur id alisme d mocratique , sont bas s sur 3 piliers une justice sociale, des valeurs politiques universelles, comme la d mocratie et la libert , et la relation entre les individus et les communaut s.
Sa vision est tout fait quilibr e avec un r le pour le gouvernement investissements dans l ducation, la technologie et la protection sociale , une tentative de r aliser une justice sociale au niveau local et mondial, avec le tout fond sur la responsabilit individuelle et nationale.
Ce livre est superbement sarcastique, comme une d cote pour les conglom rats au lieu d une prime les synergies n ont pas fonctionn Or, les trois r gles d or du capitalisme n olib ral s opposer aux subsides l exception de ceux pour votre propre secteur favoriser la concurrence, sauf pour votre propre entreprise et favoriser la transparence sauf pour vos propres livres comptables.
Avec son esprit superbement libre, Joseph Stiglitz a servi parfaitement son adage selon lequel l information est plus importante que jamais un public bien inform est la base d une bonne d mocratie.
Hautement recommand.

Joseph E. Stiglitz est l’un des économistes les plus influents et les plus écoutés au monde. Il est l’un des rares à nous mettre en garde, depuis plusieurs années, contre le fanatisme du marché et la financiarisation de l’économie. Prix Nobel en 2001, il est notamment l’auteur de La Grande Désillusion (Fayard, 2002), Quand le capitalisme perd la tête (Fayard, 2003), Un autre monde. Contre le fanatisme du marché (Fayard, 2006), Le Triomphe de la cupidité (Les Liens qui Libèrent, 2009 ; Babel n° 1042) et le Rapport Stiglitz (Les Liens qui Libèrent, 2010).